Programme et conférence

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

MINISTERE DE LA CULTURE

COMMISSARIAT DU FESTIVAL CULTUREL LOCAL DE LA MUSIQUE ET DE

LA CHANSON KABYLES



PROGRAMME PREVISIONNEL DE LA 5 éme EDITION DU FESTIVAL

LOCAL DE LA MUSIQUE ET DE LA CHANSON KABYLES

DU 02 AU 07 SEPTEMBRE 2012

Dimanche 02 Septembre 2012:

Ouverture du Festival

14h00: Spectacle de rue , animation à l’esplanade de la Maison de la Culture

16h00: Visite de l’exposition

16h40: Hymne National

Allocution d’ouverture:

  • La commissaire du festival Mme Gaoua Salima

  • Le représentant du ministère de la Culture

  • Le wali de la wilaya de Bejaia

17h30: projection d’un documentaire (parcours de Youcef Abdjaoui)

Opérette en 3 actes Chansons de Youcef Abdjaoui

21h00:Gala artistique à l’esplanade de la Maison de la Culture

04 chanteurs dont une vedette Nationale

Akli YAHYATEN Ahcen AIT ZAIM Ali Meziane

Lundi 03 Septembre 2012:

14h30:Atelier de musique et de chant destiné aux enfants âgés de 08 à 16 ans

15h00: Passage sur scène des concurrents de Bejaia et d’ Alger

15h30: conférence animé par benazri mohamed«bijoux berbere ,bijoux message»

modérateur Kamel Zirem

16h30:conférence animé par abdenour abdesslam «les quatres étapes de la chanson kabyle» modérateur Kamel Zirem

21h00:Gala artistique animé par:

Kheloui Lounes Fatah Heddad Abbas ait Rzine

Animation dans les communes :

17h00:Soirée musicale dans la commune d’El KSEUR animée par les artistes:

  • Ghanou Abjaoui

  • Ait Hichem (el hachemi Traft) - sadi mehdi

  • Boubekeur Kherraz - mejdoub Saadi

(orchestre Hocini lyes

17h00:Soirée musicale dans la commune Amizour animée par les artistes:

  • Rabah Tamiti

  • Ikni Boualem

  • Hamou Naceri

  • Salim Lekhdari

  • Orchestre Minasri

17h00:Soirée musicale dans la commune de Tifra animée par les artistes:

  • Guerrouj Lounes

  • Djenadi Imad

  • Lyes Lawliya

  • Akli Ath Waghlis

21h00:Soirée musicale au TRB animée par

  • Kacimou Bourai

  • Said Cheklat

  • Rachid encheikh

  • A/Madjid Kherbache

  • El Hadi Boulboul (accompagné par l’orchestre Hocini Lyes)

Mardi 04 Septembre 2012:

14h30:Atelier de musique et de chant destiné aux enfants âgés de 08 à 16 ans

15h00:Passage des concurrents de Boumerdes et Bouira

16h30: table ronde –témoignages animée par kamel hamadi avec le proches de youcef abjaoui,modérateur Kamel Hamadi

21h00: Gala artistique animé par:

Ali Ferhati Farid Gaya Hacen Ahresse

Animation dans les communes:

17H00:Soirée musicale dans la commune d’AKFADOU animée par:

  • Idir Akfadou

  • Kaci Boussad

  • Rachid Ferhani

  • Tahrat el hchemi

  • Saoudi ( accompagné par l’orchestre de Rachid Ferhani)

17h00: Soirée artistique à TINEBDAR animée par:

  • Salim Maabed

  • Ouali Massinissa

  • Mouloud Boukhezzar

  • Rabah hayoune ( accompagné par l’orchestre Gouraya)

21:00: Soirée musicale au TRB animée par:

H’sinou Fadli Salah Latiéme Mokhtar Achouri Boubekeur Talbi

Hamou Abdjaoui

MERCREDI 05 Septembre 2012:

14h30:Atelier de musique et de chant destiné aux enfants âgés de 08 à 16 ans

15h00: passage des concurrents de Jijel de setif et BBA

16h30: Conférence animée par rachid mokhtari «slimane azem entre poésie et chanson»modérateur Kamel Zirem

17h00: Animation pour enfant à la grande salle

20h00: Gala animé par:

  • Groupe Acherchour

  • Rabah Ouferhat

  • Brahim Tayeb

Animation dans les communes:

17h00:Soirée artistique à BARBACHA animée par:

  • Yazid Adjmi

  • Said Yefnayen

  • Mustapha Maghrebin

  • Hasen Adnani (accompagné par l’orchestre Gouraya)

17h00:Soirée artistique à AMIZOUR animée par:

  • Ferhat Mansouri

  • Sirta

  • Yazid Bourai

  • Mustapha Bouakaz

  • Hassen Bourai (accompagné par l’orchestre Isseyakhen)

17h00:Soirée artistique à Tinebdar animée par:

  • Massi Ben Nadji

  • Hakim Rehmaoui

  • Omar Athmaoui

  • Zinou (Orchestre Minasri)

21:00: Soirée musicale au TRB animée par:

  • Hafid Djouamaa

  • Mohamed Bencheikh

  • Zahir Meznade

  • Mahmoud Lachesse

  • Bouchebah Abdellah (orchestra hocini Lyes)

JEUDI 06 Septembre 2012

10h30:gala special enfant «graine de star

14h30:Atelier de musique et de chant destiné aux enfants âgés de 08 à 16 ans

15h00: passage des concurrents de Bejaia et Tizi Oouzou

16h30:Conférence animée par boudjemaa rabah «la radio de bougie196-1962»

Modérateur Kamel Zirem

21h00: Gala artistique animé par:

  • Mamou Benzaid

  • Djamel Caloune

Animation dans les communes :

17h00:Soirée artistique dans la commune d’AKBOU animé par:

  • Agraw

  • Abdenour Yallas

  • Arezki Mahia

  • Nadir Mouloudji (orchestre Agraw)

17h00: Gala artistique mixte dans la commune de Derguina animée par:

  • A/Kader Bouhi

  • Baylache

  • Azifas

  • Boualem Berr

17h00: Gala artistique mixte dans la commune de Berbacha animée par:

  • Tabet Nassim

  • Brahim Khaled

  • Bellache Fares

  • Benfella Koceila

  • Accompagné par (l’orchestre Hammadite)

Vendredi 07 Septembre 2012:

-Cérémonie de Clôture

10h30: Rassemblement de tous les participants et artistes

13h00:Animation sur l’esplanade

16h00:Passage des lauréats (03 groupes)

  • Remise des distinctions

20h00:Gala de Clôture animé par:

  • Ali Irssane

  • Amour Hafid

  • Rachid Kouceila

Animation dans les communes :

17h00:Soirée artistique spécial femme dans la commune d’EL –KSEUR animée par:

  • Fetta

  • Nadjim

  • Houcine

  • Hakim Rebahi

  • Yazid CAHALLABI

Orchestre Armoni «special Femme»

17h00: Gala artistique mixte dans la commune d’Akbou animée par:

  • Farid Medouren

  • Maibeche Tahar

  • Brahim Ahfir

  • Bouchebah Salah

  • Louiza (orchestre Isseyakhem)

17h00: Gala artistique mixte dans la commune d’Amizour animée par:

  • Meddouren Fateh

  • Ben said Rabah

  • Saada Mohand

  • Gaci Tahar (accompagné par l’orchestre Hammadite)

21:00: Soirée musicale au TRB animée par:

  • Groupe MAZAL

  • Groupe Maxies

  • Youcf Ahfir

  • Farid Ben Ahmed

  • Inayen

( accompagné par l’Orchestre Hocini Lyes)

TIZI OUZOU:gala artistique animé par Djamel Allam

BOUIRA: gala artistique animé par:

  • Kamel n’ait ali

  • Wissam

NB: des spectacles de rue vont sillonner les principales artères de la ville de Bejaia du 02 au 07 septembre 2012

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

MINISTERE DE LA CULTURE

COMMISSARIAT DU FESTIVAL LOCAL DE LA MUSIQUE ET DE

LA CHANSON KABYLES

PROGRAMME PREVISIONNEL DE LA 5 éme EDITION DU FESTIVAL LOCAL DE LA MUSIQUE ET DE LA CHANSON KABYLES

DU 02 AU 07 SEPTEMBRE 2012

La Maison de la Culture de Bejaia

Boulevard Krim Belkacem

TEL:034/21/56/48 Fax:034/21/86/91


confirance sur la radio de bougie de 1946 - 1962

Présenté par BOUDJEMA Rabah

Avant de parler de la naissance de la radio de Bougie on va parler d'abord de la naissance de la Radio mère (Radio d'Alger)

Et avant de parler de la Radio d'Alger il faut souligner que l'Algérie été sous le régime colonial Français avant la naissance de la Radio en France.

Donc l'existence de la Radio en Algérie est née sous le régime colonial et elle fait partie de ces projets.

Il n ya pas une date fixe pour la naissance de la Radio en Algérie mai seulement il n ya que des témoignages des personnes qui on travailler dans cette Radio.

le témoignage de la Yamina qui est née en 1906 à Ighil-Ali et qui est la 3 eme femme de la troupe féminine qui a commencé a travaillé dans cette Radio, elle dit qu'elle a commencé à travailler dans la radio P.T.T d'Alger à l'âge de 18 ans, donc c'est en 1924 environ et si on prend cette date (1924) comme date de l'existence de la radio en Algérie, alors cette radio P.T.T vient quelque années après la naissance de la Radio en France, car la 1er Radio qui existe en France été la Radio "tour Effel" qui a commencé à diffuser ces programmes officiellement en 1921 en suite Radiola " en 1922 ...etc

Il faut dire aussi que cette période là de la troupe féminine c'est une période des essais dans les émetteurs et ces femmes qui ont formé la 1 er chorale c'est par intermédiaire d'une certaine femme française qui s'appelait Mme la Fage.

Cette femme elle a vécu dans la région d'Akbou avec son mari qui est un officier dans l'armé français, et qui connaissait beaucoup les coutumes Kabyle comme elle parlait aussi bien le Kabyle.

Mme la Fage avait contacté la Ounissa qui s'appel Keddim H'lima dans la région d'Amalou coté d'Akbou la Ounissa a ramené la Zina et la Zina de sa part a ramené sa voisine la Yamina et ce groupe de femmes a commencé à chanter "Ichewiqan" puis des petites chansonnettes avant qu'elles utilisent le premier instrument le "Bandir" pour les chansons rythmiques et pour un cachet de 20 centimes pour chaque émission de 10 à 15 minutes au début.

Les chansons qu'elles chantaient c'est des aires qui on apprit déjà dans leurs Village dans des fêtes ou ...etc

Donc la ounissa c'est la première femme de la chorale féminine qui a contacté d'autre comme la Zina et la Yamina et ce trio de femme c'est le noyau de la chorale féminine de la Radio Algérienne.

En 1930 il ya eu la célébration du centenaire colonial et à cette date qui ont inauguré le palais de gouvernement ou ce situé le studio de la rue "berthezene"

donc la petite choral féminine a continué à présenter ces chansons dans ce studio à la rue berthezene, et d'âpres Chihk Sadek Abdjaoui l'un des maitres de la musique andalouse "musique classique Algérienne" a dit : " les chouyoukh de la musique andalouse comme chikh m'hiddin lekhel, Bachtarzi , les fakhrji , Dahman ben Achour et d'autres ont commencé a présenter leurs programmes à la radio berthezene à partir de l'année 1933 où Chikh Sadek Abdjaoui débuté dans la "El Maoussilia" D'alger l'une des premières troupes de la musique classique Algerienne, et durant toute les années 30 la Radio française de la rue berthezene a réserviez une tranche de son programme qu'elle diffuse en français pour le chants Kabyle et arabe.

Et a partir de 1939 Chikh Nourdinne est entré à la Radio apres avoir chanté ca première chanson "aloo Tricité" en 1938 bien qu'il avait déjà commencé à chanter a partir de 1936, et son arrivé à la Radio dans les débuts des années 40 il a constitué son premier orchestre en Kabyle avec Amar Ouyakoub, sidah, ahmed Medjdoul , et d'autres par la suite, et présentent un programme d'une durée d'une demi heure par semaine seulement.

en 1948 la mise en service de la chaine Kabyle après la construction du 2 Emme studio à la rue berthezene

Jusque à 1943 il n ya qu'un seul studio de berthzene qui autorise officiellement une seule chaine française avec une rubrique du programme en Arabe et en Kabyle.

en 1943 la construction de 3 studios dans l'immeuble 10 à la rue Hoche.

en 1944 le studio berthezene reste pour la chaine arabe avec des rubriques en Kabyle et le studio de la rue Hoche pour la chaine Française.

en 1945 Chikh Sadek Abdjaoui ce retrouve à Alger , il rencontre le directeur de la radio à l'époque Mr Boudali Safir, âpres la discutions ils ont désigné les responsables ou les dirigeants des orchestres pour le chant populaire ( Chabbi c'est el Hadj el Anka, pour la musique classique c'est les fekhardji et pour le Moderne c'est skandrani)

en 1946 la mise en service des studios secondaires à Oran, Tlemcen, Constantine et Bougie.

en 1948 la mise en service de la chaine Kabyle après la construction du 2 eme studio à berthezene.

en 1949 - 25 mai , la création d'un comité algérien de la radiodiffusion pour préparer et évaluer les programmes chaque 6 mois.

Radio de bougie

 1946-1948

La radio de bougie est installée au siège de TRB en 1946

· pour le choix de ce site c'est parrappore à la sécurité des lieux -institutions étatiques- , le siège de la justice qui est acoté (lieu respectueux) ,le siège de la poste aussi en face pour les moyens techniques ( tirage des câbles P.T.T)

l'encadrement:

- Mr Chikh Sadek Abdjaoui est désigné comme Directeur artistique vu son expérience artistique et radiophonique aussi.

- Mr Mansour H'madache désigné comme animateur et speakeur de la radio, chargé de la présentation du programme de chaque émission en français, en arabe et en Kabyle

il est juge de paix de la cours de Bejaia d'après Chikh Sadek, et traducteur à la justice d'après Rachid Baouche.

- Mr Mustapha Mahfoudi : c'est le Directeur des domaines à l'hôtel des finances de Bougie, désigné comme sou régisseur d'avance pour la régie.

la technique:

C’est l'agent des P.T.T qui branche les câbles et c'est lui qui donne le signale du début et de la fin de chaque émission et du programme aussi.

diffusion des émissions:

De 1946-1948 la radio de bougie diffuse deux émissions par semaine en Kabyle chaque vendredi et lundi de 13 heures à 14 heures

Et diffuse aussi une émission en arabe chaque mardi de 13 heures à 14 heures.

Donc elle diffuse 3 émissions par semaine de 45 minutes pour chaque émission.

le contenu des programmes:

- chaque émission de 45 minutes contient de plusieurs chassons soi en kabyle ou en arabe présenté par des artistes qui viennent de déférentes région de Bougie, de Bouandas, Ait Slimane, Barbacha, Amizour, Timezrith ... etc

ces artistes chantent en directe sur le studio d'Alger.

la 2 eme période de 1948-1962

Comme le programme de la radio durant toute la première période de 1946 jusqu'au 1948 deviens monotone car les chansons sont les même et les chanteurs aussi étaient les même, et les prestations téléphoniques revient très chère pour les services des PTT.

En 1948 la direction de Berthezene décide d'amélioré le programme, et le Directeur Si Said Rezzoug avec les responsables de la technique ce déplacent à Bougie pour assister à la radio crochet qui a été organiser au siège de T.R.B, les artistes sont venus de toute la région pour présenter leur produis artistique. Et a ce jour là que le Directeur Si Said Rezzoug a demandé à Abdelouahab Abdjaoui( Rachid Baouche) de diriger l'orchestre des émissions en Kabyle et Chikh Sadek reste toujours pour l’émission en Arabe, son oublie à dire que Rachid Baouche deviens un chanteur principale des émissions en Kabyle dans la Radio de Bougie

Et a cette période il ya eu des encouragements de la part des auditeurs et c'est comme sa que la Radio de Bougie arrive à présenté de bon programmes de chansons qui attirer les artistes de Bougie Ville ou d'autre Région, et il ya même des femmes parmi ces chanteurs , et dans cette période là la radio de Bougie arrive a diffusé 4 émission en Kabyle et 2 émission en arabe chaque semaine jusqu'au 1962 date de la fin de ces programme.

Bougie le 09 septembre 2011


Globalement, quatre étapes ont caractérisé la chanson amazigh de Kabylie.

1) la conquête française de Kabylie à partir de 1857.

La première se situe à partir des années qui ont immédiatement suivi la conquête française de Kabylie en 1857. La poésie contestataire et révolutionnaire s’est incrustée dans le tissu de la tradition poétique orale de la région jadis traitant de thèmes se rapportant aux croquis de la vie courante. Après la lourde défaite de 1871 «… la misère morale: les humiliations qu’il faut accepter parce qu’il faut vivre, la déchéance à laquelle on se résigne mal, surtout un sentiment inconnu jusque-là: l’inquiétude», dira Mammeri, deviendront alors les sujets poétiques dominants. Plusieurs poètes composeront sur la nouvelle situation. On citera entre autres: Mohand Oumoussa Awaguennoun, Smail Azikiou qui selon Mammeri «compose autour de 1880, ses poèmes sur la révolte de 1871». Dda Lmulud ajoute plus loin: «c’est une multitude de neuvains anonymes qui déploreront l’expédition de Madagascar (1896) à laquelle beaucoup de Kabyles ont participés par la force de l’occupant colonialiste». Il est notoire que les guerres ont toujours inspiré les poètes. Giraudoux disaità ce propos: «Dés que la guerre est déclarée, impossible de tenir les poètes; la rime, c’est encore le meilleur tambour.»

2) Mouvement National et guerre mondiale

La seconde étape paraîtra dans les années 1930/1940, période où la conscience nationale autour de la notion de peuple algérien et d’indépendance nationale étaient dans leur phase de maturation et de formulation. Les chants populaires accompagnaient l’évolution du mouvement national et étaient très présents dans la société kabyle fortement politisée parce que la région enregistrait le plus grand nombre de militants que comptait le PPA (le Parti du Peuple Algérien) au niveau national. Des étudiants s’improviseront alors en poètes militants comme Ali Laiméche, Dda Mohand Said Aiche, Idir Ait Amrane, Hanin et bien d’autres mal ou peu connus qui composeront des poèmes d’éveil des consciences. On citera le plus célèbre: «Kker a mmis umazigh», «ilmezyen n lezzayer» «A tamurt n lejdoud» etc. Les femmes, souvent productrices elles aussi, seront l’échos de ces poèmes qui retentiront dans les fonds fins du Djurdjura. Notons que le chand «Min äibal ina» serait inspiré du chant kabyle: «Yeffey-ed õõut deg idurar yessargagay ulawen» etc.

3) Guerre de libération

La troisième étape concernera directement le contexte de la guerre de libération nationale. La thématique louera le courage et la bravoure des Imjouhad qui bravaient la quatrième puissance militaire mondiale. A nouveau, les femmes s’illustreront particulièrement dans ce genre de poèmes élogieux sur des airs cadencés, accordés le plus souvent tirés du terroir. On peut citer entre autres «Uh ay arrach nneø Lezzayer t-tamurt-nneø, «A l’avion a mm ufarfer, a tin yeţhouddun tuddar»ou encore« Abrouri lahwa ay imjouhad a tarwa».Au fur et à mesure du développement des structures de l’organisation de la guerre, une troupe composée d’hommes et de femmes de culture forment alors la voix du chant révolutionnaire à l’étranger. Parmi eux Farid Ali natif de Bounouh composera une série de chants révolutionnaires immortels avec notamment le célèbre best-seller «A yemma âzizen ur ţrou« et «Abrid i k-yehwan awi-t» où est cité pour la première fois le mot Amazigh. D’autres chants ont été produits par des personnes engagées qui passaient entre les rets de la censure et de la répression à l’image de Zerrouki Allaoua qui rend hommage au colonel Amirouche dans «Ay akal ur tettgheyyir», Slimane Azem avec «Ffeø ay ajãad tamurt-iw» ou encore Chikh Ahesnaw avec «Maison blanche» où est décrit le désarroi de toute une société meurtrie et accablée par la guerre et ses conséquences.

(4) Periode d’indépendance

Elle représente aujourd’hui l’essentiel du patrimoine chansons car elle traite d’une douloureuse réalité relative à l’ostracisme dont a été victime le fait berbère: langue, culture, civilisation et histoire.

Abdenour Abdeslam.


Intitulé de la communication

Slimane Azem entre «Lughna» et «ccna»

Par Rachid Mokhtari

La communication porte sur une analyse critique d’un aspect du répertoire du chanteur populaire, Slimane Azem, notamment, sur les chansons dans lesquelles il exprime une autocritique de sa posture de chanteur et surtout, de poète. Comment perçoit-il ces deux entités esthétiques: la chanson et la poésie. Sont-elles ambivalentes?

En nous basant sur l’approche qu’en fait Ibn Khaldoun dans sa «Mouqadima», nous tenterons, donc, d’aborder un sujet qui n’a pas été exploité dans les approches sémantiques des répertoires de la chanson de l’exil en général, et du corpus des chansons de Slimane Azem en particulier.

Mots clé: chanson, poésie, autocritique, esthétique, répertoire chanté…